Espace médias

Vous trouverez ici tous les communiqués de presse, publications et contacts clés pour la presse.

#

La Chaîne du Bonheur soutient le dispositif d’aide de 81 organisations en Suisse

Les images de longues files d’attente en Suisse dans l’espoir de recevoir un sac de nourriture ont fortement ému la population. Deux mois après le « lockdown » décidé par la Confédération, les conséquences économiques de la crise s’ajoutent aux conséquences sanitaires. C’est pourquoi la Chaîne du Bonheur soutient l’aide dispensée par 81 organisations en Suisse, dans les domaines de l’aide immédiate, de l’aide transitoire, de l’aide alimentaire et de l’aide d’urgence. Les organismes concernés confirment que ce soutien est essentiel pour les bénéficiaires. La Chaîne du Bonheur a récolté 37,2 millions de francs en faveur de l’aide en Suisse dans le cadre de sa collecte «Coronavirus», lancée le 23 mars dernier.

En un peu plus d’un mois, les organisations appuyées par la Chaîne du Bonheur ont apporté une assistance substantielle à de nombreuses personnes dans le besoin en Suisse.

Lori B. décrit sa situation : « Jusqu’à présent, nous arrivions tout juste à la fin du mois avec le salaire de mon mari. Mais maintenant qu’il est au chômage partiel, nous sommes heureux de pouvoir bénéficier de la distribution alimentaire de l’Armée du Salut. Cela nous aide à traverser cette épreuve et permet d’apaiser la situation à la maison, qui est difficile du fait de la cohabitation permanente de tous les membres de la famille. »

Ce soutien est destiné aux personnes en détresse qui ne bénéficient pas des aides de la Confédération. Les projets doivent être complémentaires aux prestations de l’État et des assurances.

81 organisations mobilisées

La Chaîne du Bonheur soutient à ce jour à hauteur de 9,8 millions de francs l’aide en faveur des personnes en Suisse particulièrement impactées par le coronavirus et par les conséquences des mesures de lutte contre la pandémie. Pour la mise en œuvre, elle s’appuie notamment sur deux partenaires expérimentés : Caritas Suisse et ses organisations régionales, et la Croix-Rouge suisse et ses associations cantonales. Parallèlement, huit structures nationales ont pu élargir leur dispositif au profit des personnes dans le besoin : l’Armée du Salut, le Centre social protestant (CSP), Pro Infirmis, Pro Juventute, les organisations cantonales et intercantonales Pro Senectute, l’Œuvre suisse d’entraide ouvrière (OSEO), le Secours d’hiver et l’organisation faîtière des foyers pour femmes de Suisse (DAO). En outre, des fonds ont été accordés à 71 organismes régionaux et locaux dans tout le pays qui distribuent des aliments et fournissent une aide d’urgence. A l’heure actuelle, les responsables des programmes de la Chaîne du Bonheur et des experts externes analysent 17 demandes supplémentaires à hauteur de plus de 5 millions de francs.

Un dispositif d’aide diversifié

La crise du coronavirus a aggravé la situation des personnes qui vivent dans des conditions difficiles ou précaires, ce qui se traduit par une aide aux modalités très diverses. Elle inclut par exemple des services d’aide à domicile pour les personnes âgées ou en situation de handicap, des livraisons à domicile, des transports et des soins ou encore un soutien financier ou une aide alimentaire. En outre, la Chaîne du Bonheur vient également en aide aux personnes dont l’emploi précaire ou le statut informel ne permet pas d’accéder aux assurances sociales ou à l’aide publique. Il s’agit souvent de personnes qui parvenaient tout juste à se débrouiller avant la crise pour subvenir à leurs besoins, mais qui se retrouvent complètement démunies face à la situation actuelle. Sans aide, des familles entières risquent de se retrouver à la rue et de ne plus pouvoir se nourrir.

Assurance-qualité et évaluation de l’impact

La Chaîne du Bonheur collabore actuellement avec plus de 81 organisations ce qui représente un défi de taille tant pour la sélection des initiatives que pour leur encadrement. Pendant la durée du projet, la Chaîne du Bonheur est en contact régulier avec les organisations qui doivent fournir un rapport mensuel sur l’aide apportée et informer la Fondation sur les éventuels changements dans leurs programmes d’aide. Une fois le projet terminé (s’agissant de l’aide alimentaire, notre soutien devrait durer environ trois mois), les organisations doivent soumettre un rapport final et un décompte qui seront dûment analysés. Au besoin, la Chaîne du Bonheur peut effectuer des contrôles plus poussés.