Espace médias

Vous trouverez ici tous les communiqués de presse, publications et contacts clés pour la presse.

#

65 ans de solidarité et de confiance de la population de Suisse

La Chaîne du Bonheur a 65 ans: conçue le 26 septembre 1946 comme une émission hebdomadaire de Radio Lausanne (émetteur national de Sottens, aujourd’hui RSR) ludique mais à vocation charitable, la Chaîne du Bonheur deviendra quelques années plus tard une organisation de collecte de dons nationale reconnue lors de catastrophes et de crises. Depuis 65 ans, la population de Suisse se montre solidaire avec les victimes de catastrophes dans notre pays et à l’étranger au travers des collectes lancées par la Chaîne du Bonheur.

L’émission et ses appels seront ensuite repris en Suisse alémanique sous le nom de «Glückskette», de «Catena della Solidarietà» en Suisse italienne et de «Chadaina da Fortuna» dans les Grisons. Fondation indépendante depuis 1983, la Chaîne du Bonheur lance des appels à la générosité à la suite de catastrophes avec le soutien des médias de SRG SSR. A chaque fois, la Chaîne du Bonheur soulève un véritable mouvement populaire.

1,5 milliard de francs de dons depuis 1946
Depuis 1946, 1,5 milliard de francs de dons ont été reçus après 284 appels dont 34 journées nationales de solidarité soutenus par les médias de service public mais aussi privés. Les fonds collectés ont servi au financement de projets d’aide humanitaire et répartis comme suit : 25% des dons collectés ont été destinés aux victimes en Suisse (intempéries, aide sociale, aide à l’enfance); 6% à l’aide à l’enfance à l’étranger (alimentation, soins médicaux, enseignement, formation professionnelle, appui aux enfants victimes de conflits) et enfin 69% à l’aide en cas de catastrophes à l’étranger.
Actuellement, la Chaîne du Bonheur soutient 247 projets dans 47 pays pour 167 millions de francs. Les projets qui assurent aux bénéficiaires un retour à une vie normale sont mis en oeuvre par 31 organisations d’entraide partenaires suisses. En moyenne, 15% des fonds sont utilisés pour l’aide d’urgence, 70% pour la reconstruction et la réhabilitation et 15% pour la consolidation de projets.

Texte Félix Bollmann