Espace médias

Vous trouverez ici tous les communiqués de presse, publications et contacts clés pour la presse.

#

Pandémie de coronavirus – Journée nationale de solidarité: La collecte de dons culminera le 16 avril

Dans le cadre de sa collecte de dons « Coronavirus », la Chaîne du Bonheur mènera une journée nationale de solidarité le 16 avril, conjointement avec la SSR et avec le soutien de certains médias. Ce jour-là, l’action lancée le 23 mars s’érigera en symbole de la solidarité nationale à travers les quatre régions de la Suisse. Jusqu’à présent, ce sont 16,1 millions de francs de dons qui ont été récoltés, dont quatre millions ont été attribués pour l’aide immédiate aux partenaires agréés que sont Caritas Suisse et la Croix-Rouge suisse, ainsi qu’à quatre autres organisations spécialisées. Par ailleurs, plus de 30 autres organisations locales ou régionales actives dans l’aide alimentaire ont soumis des projets pour financement. C’est ainsi que l’aide s’étend de manière à toucher largement les personnes qui passent à travers les mailles du filet social. Les dons restent possibles et absolument nécessaires : en ligne sur www.bonheur.ch ou par e-banking sur le compte postal 10-15000-6, mention « Coronavirus ».

Les partenaires de la Chaîne du Bonheur en cas de catastrophe en Suisse, Caritas Suisse et la Croix-Rouge suisse, ont déjà pu adapter et compléter leurs actions via leurs organisations régionales ou associations cantonales, grâce aux deux millions de francs reçus pour l’aide immédiate. En parallèle, la Chaîne du Bonheur soutient quatre autres organisations avec 500’000 francs chacune. L’aide peut ainsi atteindre plus de personnes frappées par la crise, en passant par l’Armée du Salut, Pro Infirmis, les organisations cantonales et intercantonales de Pro Senectute et l’Œuvre Suisse d’Entraide Ouvrière OSEO. En outre, la Chaîne du Bonheur est actuellement en lien étroit avec le Secours d’Hiver et DAO – la Fédération Solidarité Femmes de Suisse et du Liechtenstein – afin de leur étendre son soutien.

Élargissement des groupes cibles

A travers ces six organisations, l’aide peut arriver aux innombrables personnes aux profils différents, frappées au plus fort par les conséquences de la pandémie de coronavirus et les mesures sanitaires qui l’accompagnent. Ces personnes sont celles qui nécessitent de l’aide en premier lieu, comme le confirment les experts.

Les victimes de violences domestiques se retrouvent dangereusement exposées en ces temps de confinement. Pour les sans-abri, ce sont de nombreuses structures qui autrefois les soutenaient qui ont été fermées, laissant ces personnes à la rue, sans toit ni nourriture. Les écoles spécialisées et les ateliers protégés qui encadraient les enfants et les adultes avec handicap ont également été fermés, les reléguant à l’isolement chez eux ou forçant leurs proches à cesser de travailler pour s’occuper d’eux. Les « working poors », ces travailleurs précaires salariés à l’heure, ont perdu leurs petits emplois et se retrouvent sans argent ni protection sociale. Toutes les actions pour secourir ces groupes de personnes se font de manière subsidiaire aux mesures étatiques.

Plus de 30 projets d’aide soumis pour la prochaine phase

Grâce à l’augmentation des dons, la Chaîne du Bonheur élargit constamment le cadre des personnes dans le besoin qui pourront bénéficier de programmes. Ces derniers jours, plus de 30 organisations ont répondu à son appel à projets pour l’aide alimentaire. Les acteurs de terrain locaux ou régionaux qui seront soutenus par la Chaîne du Bonheur pourront ainsi maintenir et augmenter leur action directe aux plus nécessiteux, comme les soupes populaires ou les cartons de produits alimentaires, à une période où leur approvisionnement habituel s’est effondré (invendus des restaurants et magasins).

Afin de décider de l’attribution des dons récoltés, la Chaîne du Bonheur a constitué une commission d’experts indépendants pour la conseiller dans la prise de décision. Le Prof. Dr. Matthias Drilling dirige l’Institut de planification sociale à la Haute Ecole de Travail Social de la Suisse du Nord-Ouest (FHNW) et Jean-Pierre Tabin est professeur à la Haute Ecole de Travail Social et de la Santé (HETSL). Tout comme lors d’autres collectes de la Chaîne du Bonheur, cette commission travaille sur la base de lignes directrices précises pour déterminer quels projets et activités peuvent recevoir un soutien financier.

Journée nationale de solidarité

Depuis le début de la collecte de dons, la population suisse se montre très solidaire avec les personnes tombées dans le besoin à cause de la pandémie de coronavirus et des mesures sanitaires qui en découlent. L’aide était une question d’urgence, c’est pourquoi la Chaîne du Bonheur a lancé sa collecte le 23 mars et soutient d’ores et déjà l’aide immédiate avec l’argent des dons. Cette collecte extraordinaire de la Chaîne du Bonheur culminera le 16 avril lors d’une journée de solidarité. Ce jour-là, avec la SSR, la Chaîne du Bonheur aimerait porter haut le flambeau de la solidarité dans les quatre régions de la Suisse et démontrer à quel point la Suisse est unie dans cette épreuve. Les détails sur cette journée seront communiqués la semaine prochaine.

Les dons restent bien entendu possibles et absolument nécessaires : en ligne sur www.bonheur.ch ou par e-banking sur le compte postal 10-15000-6, mention « Coronavirus ».