Espace médias

Vous trouverez ici tous les communiqués de presse, publications et contacts clés pour la presse.

#

2017/2018 : Renouvellement et défis à la Chaîne du Bonheur

L’année 2017 a été une année de renouvellement pour la Chaîne du Bonheur. Les principales nouveautés concernent son engagement dans l’aide sociale en Suisse et son adaptation aux nouvelles exigences en matière d’aide humanitaire y compris sa volonté de soutenir des solutions innovantes. Plusieurs défis doivent être relevés en 2018, en particulier la mise en péril de son partenariat avec la Société suisse de radiodiffusion et télévision SSR.

La Chaîne du Bonheur a renforcé en 2017 son aide en Suisse. Plus de 37 organisations et associations qui travaillent en faveur des jeunes en rupture et des jeunes migrants non accompagnés ont pu être soutenues. Cette aide à hauteur de 3 millions de francs en faveur de 39 projets démontre le travail important mené par la société civile en Suisse. La Chaîne du Bonheur rompt ainsi avec son aide sous forme de « coups de pouce » menée jusqu’ici et offre aux associations qu’elle soutient une plateforme d’échange, de compétences et de visibilité. L’argent récolté dans le cadre de Jeder Rappen zählt 2017, Cœur à Cœur 2017 et Ogni centesimo conta permettra de renforcer en 2018 ce réseau grâce à de nouveaux projets concrets. Par ailleurs, un fonds spécifique sera créé cette année en faveur des personnes qui vivent dans la grande pauvreté.

Bondo : une solidarité exemplaire

L’aide en Suisse a également été marquée par la collecte en faveur du village de Bondo dans les Grisons qui a dépassé 5,9 millions de francs. Grâce à la grande générosité de la population suisse, le village et les personnes touchées directement par l’éboulement dans le Val Bondasca peuvent compter sur une aide substantielle. Bondo doit également devenir le symbole d’un soutien renforcé que la Chaîne du Bonheur veut apporter à l’avenir aux communes touchées par des intempéries. Grâce à un fonds permanent, deux villages touchés en 2014 dans l’Emmental et l’Entlebuch ainsi que plusieurs corporations et foyers privés ont été soutenus en 2017 à hauteur de plus d’un million de francs. On compte parmi eux des particuliers touchés par les intempéries de 2013, 2015 et 2016.

Engagement international sélectif

L’année 2017 a été marquée par des catastrophes importantes telles que le tremblement de terre au Mexique, des inondations en Asie et des ouragans dans les Caraïbes. La Fondation n’a pas pu lancer d’appel à la solidarité pour ces cas dramatiques, soit parce que le gouvernement concerné n’a pas fait appel à l’aide internationale, soit parce que les ONG partenaires de la Chaîne du Bonheur n’y étaient pas actives ou encore parce que l’évènement n’a pas attiré l’attention des médias.  Ainsi l’engagement sélectif de la Fondation s’est concentré sur la crise alimentaire en Afrique avec une collecte à hauteur de 19,1 millions de francs et sur le destin des réfugiés Rohingya au Bangladesh avec une collecte de 4 millions de francs. Les 13 ONG partenaires de la Chaîne du Bonheur opérationnelles dans ces deux contextes ont démontré une grande réactivité qui a permis à la Fondation d’engager ses fonds dans 26 projets en faveur de plus de 900’000 personnes.

Nouveau fonds pour l’innovation

L’humanitaire se trouve actuellement bouleversé sur plusieurs plans. La Fondation ne peut pas en faire abstraction et doit poursuivre sa réflexion par rapport à son rôle et son positionnement. En parallèle, elle souhaite soutenir les ONG partenaires dans la recherche de solutions nouvelles. Un fonds pour l’innovation financé par des dons non affectés tels que des legs ou du sponsoring permettra désormais de favoriser l’implémentation de solutions innovantes et concrètes pour accroître davantage l’efficacité de l’aide humanitaire. Les projets choisis doivent avoir un impact direct sur les populations affectées sur le terrain, par exemple en améliorant leurs conditions de logement ou d’hygiène, en facilitant le transfert d’argent dans des projets « cash », en soutenant des activités médicales ou encore en dynamisant des projets d’éducation.

Risque lié à l’initiative « No Billag »

Il ne fait aucun doute que la Chaîne du Bonheur devra encore faire face à d’autres défis. Une première étape majeure concerne la votation du 4 mars sur l’initiative « No Billag » dont l’issue pourrait mettre en péril son principal partenariat avec la SSR. Il n’existe en Suisse aucune autre plateforme capable de sensibiliser et de mobiliser la population suisse avec autant de succès en cas de catastrophe naturelle majeure, et ceci jusque dans les coins les plus reculés du pays. Ce soutien est particulièrement efficace grâce à l’engagement des rédactions et des animateurs qui transmettent au public l’ampleur de ces tragédies en image, son et texte. Cette plateforme a permis à la Chaîne du Bonheur de collecter ces 70 dernières années plus de 1,7 milliard de francs, dont notamment plus de 227 millions de francs pour les victimes du Tsunami en Asie en 2004 et plus de 74 millions de francs lors des intempéries de 2000 en Suisse. Depuis son origine, la Fondation a soutenu grâce à ces collectes records plus de 3’500 projets dans environ 70 pays. Une Chaîne du Bonheur moins visible aurait moins de moyens à disposition. Sa valeur ajoutée pour les donateurs, les victimes des catastrophes et les ONG partenaires s’amenuiserait considérablement.