Espace médias

Vous trouverez ici tous les communiqués de presse, publications et contacts clés pour la presse.

#

Rohingya au Bangladesh : Face à la menace d’une nouvelle catastrophe, la Chaîne du Bonheur appelle aux dons

Fin août 2017, plus de 500’000 personnes appartenant à la minorité ethnique des Rohingya ont fui le Myanmar pour trouver refuge au Bangladesh. Elles ont rapporté des faits graves, tels que violences armées et villages incendiés. À présent, avec la saison des cyclones et de la mousson, c’est une nouvelle catastrophe qui les menace. Il est urgent d’intensifier l’aide.

Actuellement, près de 780’000 Rohingya vivent dans des camps de réfugiés au Bangladesh, où les conditions de vie sont extrêmement précaires. Malgré l’aide continue apportée par de nombreuses organisations humanitaires, le manque de nourriture, de soins médicaux et d’hygiène se fait sentir.

Un nouveau malheur se prépare

Une nouvelle catastrophe menace à présent de frapper cette population déjà très meurtrie. La saison des cyclones et de la mousson met en danger les Rohingya, qui vivent à l’étroit dans des camps de fortune. Ces camps se trouvent dans une zone vallonnée où des glissements de terrain et des inondations peuvent se produire. Les pluies torrentielles qui s’annoncent vont rendre les rares voies d’accès et les chemins boueux, et inonder une partie du site. Un grand nombre d’abris, fabriqués à partir de bambous et de bâches, ne résisteront pas aux vents violents. Les latrines inondées ou ouvertes par les glissements de terrains pourraient souiller l’eau potable, ce qui risque d’entraîner la propagation rapide d’épidémies et de maladies dans cette région surpeuplée.

Prévenir la catastrophe

Les ONG partenaires de la Chaîne du Bonheur qui viennent au secours des Rohingya depuis le début de la crise font tout pour limiter au maximum les dégâts humains et matériels que les cyclones et la mousson risquent de causer. Elles consolident les abris, vident et rendent plus sûres les latrines, et aident les familles les plus menacées à s’établir ailleurs. Elles s’efforcent aussi d’améliorer l’hygiène et l’accès aux soins de santé.

Mais malgré ces importants efforts de prévention, la mousson risque d’entraîner des dégâts considérables qui pourraient faire de nombreuses victimes.

Ce qui a été fait jusqu’à présent

Les 4’507’000 francs collectés en septembre dernier nous ont permis de financer 12 projets de huit organisations partenaires. Les ONG ont distribué du matériel pour la construction d’abris, de la nourriture, des ustensiles de cuisine, des moustiquaires et des lampes, elles ont soigné des personnes affaiblies par le manque de nourriture, mis en place un accès aux soins de santé et assuré l’approvisionnement en eau. Elles ont également créé des lieux sûrs pour les enfants, construit des latrines et fait fonctionner des cuisines avec le biogaz produit, le bois de chauffage faisant défaut. Au total, 217’789 personnes ont bénéficié jusqu’à présent de cette aide.

Il faut d’urgence des fonds supplémentaires

Alors que la saison des cyclones et de la mousson débute et qu’il est essentiel d’intensifier l’aide, les fonds de la Chaîne du Bonheur sont épuisés. La Fondation lance donc un nouvel appel à la solidarité pour les Rohingya. Les dons peuvent être faits en ligne sur notre site www.bonheur.ch ou par virement sur le compte postal 10-15000-6 (mention « Rohingya »). Des bulletins de versement de la Chaîne du Bonheur sont à disposition dans tous les offices postaux.